Au-Dessus

L’entité “Volley Bruxelles” a tenu assemblée générale ce vendredi. A l’ordre du jour figuraient les points que l’on retrouve habituellement lors de pareil rendez-vous statutaire : allocution présidentielle, rapport d’activités, analyse et approbation des comptes valant décharge des administrateurs, présentation et approbation du budget et des différents projets qu’il contient, aménagement de l’un ou autre point du règlement d’ordre intérieur et, pour ficeler le tout, une discussion ouverte sur le prochain tournoi de qualification des équipes bruxelloises de jeunes pour la finale du championnat FVWB et sur quelques communications d’intérêt général ou particulier selon leur nature.

L’assemblée de ce 22 février a connu un déroulement qu’il est franchement permis de qualifier de fructueux dans la mesure même où, sans la moindre anicroche, les points abordés permirent un échange de vues quasi essentiellement axé sur la problématique sportive du volley-ball bruxellois et sur les leviers qu’il s’agira(it) d’actionner pour aider les clubs à rajeunir leurs effectifs à tous les niveaux.

De fait, cette assemblée a ressemblé assez peu à celles auxquelles il a été donné d’assister ces derniers temps dans le monde du volley-ball, à ces réunions où les spécialistes de la mue des textes portant sur les statuts ou les règlements d’ordre intérieur des différents édifices faisant partie intégrante de Volley Belgium s’en donnent à coeur joie pour défaire ou refaire ce que d’autres experts de l’ergotage avaient refait ou défait avant eux.

Deux choses sont ressorties clairement de cette assemblée. A Bruxelles, le volley-ball est un sport qui a encore une belle présence et qui connaît encore une certaine vogue dans différentes parties de l’ensemble de la Région. Toutefois, la réalité est aussi que, dans le même temps, il  perd quelque peu de son rayonnement par rapport à d’autres disciplines qui ne cessent de grandir, et ce, du fait que, faute d’un renouvellement de dirigeants, des clubs disparaissent peu à peu de la carte ou, autre cause, du fait que près de la moitié des clubs composant l’entité “Volley Bruxelles” n’ont pas d’équipes de jeunes. Faire ce constat n’est évidemment pas gage de renverser la tendance du jour au lendemain mais le faire entendre à toutes et tous est de nature à faire prendre conscience que clubs et organes fédéraux ont tout intérêt à faire cause commune pour se doter des moyens appropriés pour apporter remède à cette érosion.

Autre point qui a également transpiré des échanges entre délégués des clubs et les membres du Conseil d’Administration de “Volley Bruxelles” est, dans cette perspective de redressement du volley-ball bruxellois au sein de toute la communauté du volley-ball, l’utilité, sinon la nécessité, de positionner et d’asseoir autant que possible cette nouvelle “identité bruxelloise”. Non pas du tout pour se distancier ou se séparer de qui que ce soit mais bien pour être non seulement en mesure de soutenir au mieux, avec la collaboration des Autorités publiques comme avec celle du secteur privé qui sera intéressée de s’associer à cette dynamique, les efforts fournis par les clubs bruxellois qui sont à l’oeuvre sur le terrain mais également, par des actions diverses, pour tenter d’apporter à l’image du volley-ball bruxellois de quoi restaurer, étape par étape, son éclat du passé.

“ Le chemin est long du projet à la chose ” nous a appris Molière mais le même Jean-Baptiste Poquelin nous a également assuré que « Les divinités ne jettent leurs regards que sur les volontés ». Dès lors pourquoi ne pas se réjouir de ce qui a été dit et convenu lors de cette belle AG du 22 février 2019?

Jean-Pierre Brouhon, Président

 
 

Pour une nouvelle flamboyance du volley à Bruxelles

L'évolution du volley-ball bruxellois présente une double particularité. Ainsi, à la fin de la deuxième guerre mondiale, il a été le berceau et, pendant tout un temps, le fer de lance du volley-ball dans le pays et, plus spécifiquement encore, en Communauté française de Belgique. Ensuite, il a connu une lente érosion qui a débuté en même temps que disparaissaient ses deux derniers clubs, le RSC Anderlecht et l'ASUB, à avoir enlevé, dans les années 1970, un championnat de Belgique pour l'un et deux Coupes de Belgique pour l'autre.  

bxl test

Qui est en ligne ?

Nous avons 113 invités et aucun membre en ligne

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com